Personnalité d’affaires de septembre du Réseau Affaires Verdun

Par Robert Leduc

C’est un parcours exceptionnel et fascinant que connaît la photographe Stéphanie Colvey, choisie personnalité du mois de septembre par le Réseau Affaires Verdun (RAV). Son métier l’a amenée des dizaines de fois en Afrique, en Amérique du Sud et en Asie, où sa caméra a été mise au service des humains, une lentille qu’elle met aujourd’hui au service de la communauté verdunoise.

Quand on entre dans le chez-soi de Stéphanie, en quelques minutes on est transporté dans les contrées qu’elle a foulées, – notamment l’Inde, le Pérou, le Tibet et le Népal -, par le biais de ses photos accrochées aux murs, mais aussi par les peintures et sculptures qui ornent également son appartement. C’est simple, tout le vécu de l’artiste y est exposé.

La photographe Stéphanie Colvey est la personnalité de septembre du Réseau Affaires Verdun (RAV).

Une carrière internationale et locale

Stéphanie Colvey, c’est plus de 30 ans de contrats internationaux en photo et vidéo. Par exemple, de 1987 à 2005, Madame Colvey a été mandatée par des organisations oeuvrant dans le développement international, dans le secours et l’aide humanitaire, telles que l’ACDI (Agence canadienne de développement international), le CRDI (Centre de recherches pour le développement international), Care Canada, EUMC (Entraide universitaire mondiale du Canada), le CECI, Plan Canada, et d’autres.

«Je ne pensais jamais y faire ma vie; j’ai été privilégiée, confie sans fausse modestie l’humaniste photographe. J’ai beaucoup apprécié toutes les occasions que j’ai eues dans le monde. J’y ai vu des choses belles et des choses difficiles. Je suis toujours touchée par la force et la résilience des gens».

«Comme photographe, je veux documenter l’expérience humaine», ajoute Stéphanie. Depuis quelques années, elle le fait pour de nobles causes: l’accueil et l’intégration des réfugiés syriens, de même que la situation des demandeurs d’asile au Canada.

Elle a aussi développé une clientèle pour du portrait professionnel, de la photographie d’événements corporatifs et sociaux, de même que pour des publications éducatives, des organisations municipales et des services de santé. Elle fait aussi de la photo publicitaire.

«Résidente de Verdun depuis 12 ans, j’ai eu la grande satisfaction de travailler pour ma communauté, ajoute Stéphanie Colvey, en faisant des photos pour le Réseau Affaires Verdun, la Chambre de commerce, Femmes Desjardins, la Chorale Chantefleur, Les Grands Verdunois, l’arrondissement de Verdun, ainsi que pour plusieurs entrepreneurs».

Autodidacte, enseignante, exposante

Autodidacte, Stéphanie a bénéficié au cours de toutes ces années du mentorat et de l’enseignement des photographes Sam Tata, Howard Becker, John Max, ainsi que Stan Grossfeld, photojournaliste au Boston Globe.

Ensuite, à son tour, Stéphanie a enseigné la photographie, animant des ateliers sur la photographie chez Lozeau (2006-2013) et donnant un cours en photographie et chambre noire à l’Université Concordia (1996-2000).

Madame Colvey, de 1980 à 1984, a aussi été cofondatrice et coordonnatrice du centre Dazibao, première galerie de photographie à Montréal gérée par des artistes, bien reconnue dans le milieu de l’art contemporain.

La photographe verdunoise a exposé ses œuvres au Musée de l’histoire, à Gatineau, au Musée de l’immigration, à Halifax, à la Galerie Luz, à Montréal, au Musée canadien de la photographie contemporaine, à Ottawa, et à l’Université de Montréal.