Prêts pour reprendre une longue traversée de Paris ? Alors c’est parti pour arpenter :

PARIS RIVE DROITE 

Pour prendre votre départ  « découverte de la Rive Droite » vous commencerez par l’Ouest de Paris, jusqu’à l’Est, puis vous retraverserez la ville en longeant la Seine pour finir avec l’Arc de Triomphe en remontant  la plus belle avenue du monde : les Champs Élysées. Vous traverserez donc plusieurs arrondissements, tels en partant vers l’Est les 16e,17e,18e, 19e et 20e, pour revenir vers l’ouest en empruntant les 11e, 4e, 3e, 2e, 1er, 9e, 8e et terminer notre randonnée par le 17e.

Rappelez-vous que nous avons traversé la Seine, par le Pont d’Iéna, pour arriver sur la Place du Trocadéro, dans le 16e arrdst.

LA PLACE ET LE JARDIN DU TROCADÉRO

La Place du Trocadéro, créée en 1869 sous le Second Empire en tant que « place du Roi de Rome » en hommage à Charles Joseph Bonaparte.

La Place du Trocadéro, se situe  entre les ailes en courbe du colossal palais de Chaillot, emblème des années trente, les terrasses et les jardins du Trocadéro qui sont bordés de noyers du Caucase, de noisetiers centenaires où se dressent des bronzes dorés.

Fief privilégié pour les patineurs et skaters, qui peuvent zigzaguer le long des jets d’eau, autour des canons du grand bassin, sous le regard des sculptures d’Apollon et d’Hercule.

Les Jardins du Trocadéro ont été créés lors de l’exposition spécialisée de 1937. Ce sont 93 930m² d’espaces verts dont le  centre du jardin est marqué par la célèbre fontaine de Varsovie pourvue de ses 20 canons à eau offrant un spectacle aquatique remarquable. Quelques sculptures couronnent le tout : chevaux dorées, tête de taureau, « L’Homme » de Traverse et la « La Femme » de Bacqué.

 En route donc à partir de la place du Trocadéro, vers la Place Charles de Gaulle, ou ancienne Place de L’Étoile, située à cheval sur 3 arrondissements : 16e, 8e et 17e pour vous dirigez vers le 17e arrdst.

Mais avant d’entamer ce long périple que sera la découverte de la Rive droite,  je me permets de vous imposer un petit détour particulier, pour vous présenter dans le 17e arrdst  :

LES BATIGNOLLES, mon quartier d’origine

Le petit village des Batignolles fut rattaché à la Commune de Paris en 1860, date à laquelle Paris fut divisée pour la première fois en 20 arrondissements, administrés par un maire et des adjoints.

Le quartier connut une vie culturelle très active dans la seconde moitié du XIXè siècle. Les poètes Paul Verlaine, Stéphane Mallarmé, le peintre Édouard Manet et ses amis du « Groupe des Batignolles », étaient des habitués du quartier et de ses cafés.

La chanteuse Barbara était originaire des Batignolles dont elle mentionne le square dans sa chanson « Perlimpinpin », ainsi que Jacques Brel lors de son arrivée à Paris.

Le square des Batignolles fut un tableau du peintre Albert André, et jusqu’à dernièrement, le plus grand et le plus bel espace vert de l’arrondissement. Le quartier des Batignolles fut longtemps appelé « un quartier tranquille » avec  son marché couvert, son église et son cimetière. Entre ville et champs, tout près de Montmartre, l’ancien hameau offre alors une escale bon marché aux artistes. L’impressionnisme y éclot dans un café où se retrouvent Manet, Degas, Cézanne, Monet, Renoir.  Dans cette forêt de pinceaux, les plumes ne sont pas en reste : Zola, Verlaine – reposant aux côtés de Blaise Cendras ou d’André Breton au cimetière des Batignolles – Max Jacob, Éluard, Simenon ont vécu là.

Le quartier des Batignolles fut choisi en 2012  comme zone phare du projet parisien du village olympique, afin d’y héberger les athlètes et la presse internationale. Mais Londres fut choisie.

C’est aussi dans le quartier des Batignolles qu’ont été déménagés les services du vieux Palais de Justice et les services de la PJ et de la Crim’ dans la nouvelle « Cité judiciaire de Paris ».

LA PLACE de CLICHY – 8e; 9e; 17e; 18e

La place de Clichy est l’un des rares endroits de Paris où se rejoignent quatre arrondissements.

Au centre de la place de Clichy, vous pourrez voir une statue à la tête surmontée d’une couronne en forme de tour, portant un emblème impérial avec, à ses pieds, des soldats héroïques et mourants. Elle fut édifiée, sous Napoléon III, pour se souvenir de la défense de Paris en 1814.

La Place de Clichy animée et cosmopolite de jour comme de nuit, est un endroit où les Parisiens aiment s’y donner rendez-vous pour aller déjeuner, dîner ou boire un verre dans l’un des nombreux établissements la bordant. Les cinéphiles trouvent toujours la séance de leur choix dans l’un des cinémas du quartier.

À propos de cinéma, un souvenir me vient à l’esprit : Le Gaumont, salle mythique, ancien hippodrome parisien, qui devint le plus grand cinéma du monde dans les années 30, a malheureusement vu sa fin prononcée en 1972 par un total abandon, laissant archives, documents et matériel, abandonnés sur les trottoirs et les conteneurs poubelles.

Ce sera  la Place de Clichy qui sera le point de départ de notre grand circuit  à découvrir la Rive droite dont quelques points particuliers : le cimetière de Montmartre, le quartier de Montmartre avec la basilique du Sacré-Cœur et sa place du Tertre, cimetière, et tellement plus. 

CIMETIÈRE MONTMARTRE – 18e

Le cimetière de Montmartre, officiellement cimetière du Nord, a ouvert ses portes en 1825. Il s’agit de la troisième plus grande nécropole parisienne, après celles du Père-Lachaise et de Montparnasse. Sa superficie est de 11 hectares et le cimetière est enjambé par le pont de Caulaincourt, pont métallique construit en 1888.

Très arboré avec des érables, marronniers, tilleuls et thuyas, le lieu est propice à la promenade et se situe tout près de la basilique du Sacré-Cœur. Le cimetière compte 20 000 concessions et parmi les personnages célèbres enterrés citons : Stendhal, Émile Zola, Gustave Moreau, Hector Berlioz, Sacha Guitry ou encore Dalida, dont la tombe est la plus visitée et la plus fleurie.

PIGALLE

Le quartier des « P’tites Mamoiselles » et où Serge Lama, toutes les nuits, effeuilla les fleurs du mal, en allant voir les p’tit’s femm’s de Pigalle.

Le quartier, fidèle à sa réputation festive, continue d’animer les nuits parisiennes, avec ses  cabarets, salles de spectacle, bars, clubs, boutiques coquines.

Noctambules vous découvrirez le quartier  Pigalle en déambulant de la place Clichy à la place d’Anvers avec ces néons et enseignes lumineuses qui bousculent les nuits blanches, depuis la nuit des temps ou presque.

La journée vous pourrez profiter des boutiques branchées et des adresses gourmandes toute la journée, en arpentant les rues de SoPi (South Pigalle).

LE MOULIN ROUGE – Le plus célèbre cabaret du monde !

Strass, plumes et paillettes rallument chaque soir la féérie du Moulin-Rouge.

La colline de Montmartre était autrefois hérissée de moulins aujourd’hui fermés. Néanmoins, celui de la Galette devient bal populaire.

En 1889 s’ouvre un autre moulin : le Moulin Rouge, qui n’a du moulin que le décor extérieur. Si la décoration fait sensation, le french cancan – bas noirs, jarretelles et froufrous – crée l’euphorie et la gloire de la Goulue et consœurs. Il fut immortalisé par le célèbre peintre Toulouse Lautrec.

Les premières revues se montent, et en 1907, une certaine Mistinguett se lance dans le music-hall, puis les Dolly Sisters portent Broadway sur la scène. Après-guerre, place aux débutants : Édith Piaf, Jean Gabin, Yves Montant, Charles Trenet, Charles  Aznavour, Liza Minnelli ou encore Frank Sinatra et Elton John.

LE QUARTIER MONTMARTRE

Montmartre, le cœur battant de Paris, est un quartier au charme authentique, célèbre pour la basilique du Sacré-Cœur et sa vue magnifique sur Paris. Le haut de la colline se découvre en empruntant le funiculaire. Les plus sportifs effectuent l’ascension des 222 marches à travers le square Louise Michel. Après la visite de la basilique, vous partirez pour une flânerie historique sur la Butte Montmartre : la place du Tertre avec ses célèbres peintres et caricaturistes, l’espace Dalí, les vignes de Montmartre, le cabaret du Lapin Agile, le musée Montmartre… La balade se poursuivra en redescendant par les  rues des Abbesses, Tardieu, Lepic (où se trouve Le café des 2 Moulins rendu célèbre en 2001 par le film de Jean-Pierre Jeunet, Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain), la rue de Steinkerque qui est le quartier coquin de Pigalle avec des sex-shops.

LES VIGNES DE MONTMARTRE

Elles font la fierté du village de Montmartre, et tous les ans, le deuxième week-end d’octobre, la Fête des Vendanges bat son plein à Montmartre !

La Vigne de Montmartre, dont le crû se nomme « le Clos Montmartre », est un vignoble de 3250 pieds. Les vignes qui poussent à l’angle de la rue des Saules et de la rue Saint Vincent sont la propriété de la Ville de Paris. Le « Clos Montmartre » entièrement vinifié sous contrôle œnologique dans les caves de la Mairie, est vendu en échange d’un don au profit des œuvres sociales du 18e arrondissement. Chaque année le Clos Montmartre fournit environ 500 litres de vin, soigneusement élaborés selon les méthodes traditionnelles.

LE MOULIN DE LA GALETTE

Le Moulin de la Galette se trouve mentionné pour la première fois en 1622 sous le nom de Moulin du Palais, puis transformé en guinguette en 1870.
Très fréquenté par les peintres, il connaîtra son heure de gloire en étant peint par Renoir dans « Le Bal du Moulin de la Galette », et inspira aussi Toulouse-Lautrec et Picasso.

C’est  le seul moulin en parfait état de marche. Il ne se visite pas de l’intérieur et, placé en hauteur avec une certaine distance, on ne peut l’apercevoir que depuis la rue Lepic.

LA PLACE DU TERTRE

Au n°3 de la Place, la commune de Montmartre avait établi sa mairie en 1790.

Au n° 19, siège celle de l’associative et festive commune libre du Vieux Montmartre, fondée en 1920.

Aujourd’hui sur la Place du Tertre le folklore bat son plein, entre les terrasses des restaurants,  les chevalets des peintres et portraitistes qui se partagent 140 emplacements, soit 1 m² pour deux artistes travaillant en alternance.

Une autre institution à ne pas rater sur la Place du Tertre : le café Chez la mère Catherine.

BASILIQUE DU SACRÉ-COEUR

Cette église romaine,  de style romano-byzantin reconnaissable à sa couleur blanche, et célèbre dans le monde entier, est située au sommet de la Butte Montmartre qui est le point culminant de Paris. Vous devrez grimper quelques escaliers avant d’atteindre son sommet, et vous aurez une vue imprenable sur la capitale depuis l’esplanade de la basilique.

CABARET CHEZ MICHOU

Chez Michou est un cabaret de transformistes, à la fois très parisien et bon enfant.

La renommée parisienne devenant « nationale » et les émissions de télévision se succédant, le cabaret Michou n’allait plus désemplir.

Michou « et ses Michettes » devint réellement une célébrité, capable de réunir le Tout-Paris. Expansif, amateur des meilleurs champagnes, toujours irréprochablement coiffé, embrassant les vedettes lors de toutes les manifestations festives, étonnamment matinal pour un noctambule, il est resté très populaire dans son quartier et à Montmartre dont il est une personnalité symbolique, à l’instar de celle que fut sa grande amie Dalida . La couleur préférée de Michou est, depuis toujours, le bleu : ses lunettes, ses vêtements et les décorations de la salle de spectacle sont de cette couleur.

Dans le même style, vous pourriez également passer une agréable soirée chez Madame Arthur, un autre cabaret de transformistes, voisin et également situé rue des Martyrs.

LA VILLETTE & le CANAL DE L’OURCQ – 19e arrdst

Pour les cinéphiles c’est dans ce quartier que fut tourné en 1938 le film « Hôtel du Nord » avec Arletty et Louis Jouvet, hôtel toujours existant et en activité.

Dans ce quartier de la Villette se trouve le parc culturel de  La Vilette qui est le plus grand espace vert de la capitale, installé en remplacement des anciens abattoirs de la Villette, accueille les pique-niqueurs, les sportifs, et qui offre des activités tout au long de l’année à travers ses différents pôles d’attractions.

Dans le parc de la Villette, ont été conservés divers vestiges de l’ancien marché aux bestiaux, inscrits pour partie, ou en totalité, aux monuments historiques : Ainsi, la Cité des Sciences et de l’Industrie est spécialisée dans la diffusion de la culture scientifique et technique. Créée à l’initiative du Président Giscard d’Estaing elle a pour mission de diffuser à un large public, notamment aux enfants et aux adolescents, les connaissances scientifiques et techniques, ainsi que de susciter l’intérêt des citoyens pour les enjeux de société liés à la science, à la recherche et à l’industrie.

LE CIMETIÈRE DU PÈRE-LACHAISE – 20e arrdst

Le cimetière du Père-Lachaise appelé aussi « cimetière de l’Est », est le plus grand cimetière parisien et s’étend sur 43 hectares.

C’est un lieu unique qui invite au recueillement et à la rêverie, imprégné d’art, de culture et d’histoire. De nombreuses personnalités y sont présentent tels des artistes, musiciens et chanteurs (Frédéric Chopin, Rossini, Jim Morrison, Edith Piaf, Alain Bashung…)  ou des écrivains (Molière, Balzac, Colette, Marcel Proust, Jean de la Fontaine, Oscar Wilde…) ou encore des  hommes d’État, militaires, historiens, etc …

LES HALLES de Paris – LE MARAIS – 3e arrdst

Les HALLES de PARIS qui fut le décor principal du « Ventre de Paris » d’Émile Zola, a remplacé les Halles Centrales, marché de vente en gros de produits alimentaires frais, situé au cœur de Paris, dans le 1er arrdst. Ce vaste marché qui s’y tenait jusqu’au début des années 1970, a été remplacé aujourd’hui par un espace vert,  un centre commercial souterrain (le Forum des Halles) et par de nombreux espaces consacrés aux loisirs. 

LE MARAIS est considéré comme l’un des quartiers les plus chics de Paris car il regorge d’hôtels particuliers et de boutiques.

Le Marais tient son nom d’une ancienne zone marécageuse occupée depuis le XIIe siècle. Aujourd’hui, ce quartier historique est l’un des plus fréquenté de la capitale, pour les trésors patrimoniaux qu’il abrite et l’ambiance qu’il dégage. Ce quartier forme un triangle délimité par les places de la Bastille, de la République et de l’Hôtel de Ville. Il possède de nombreux hôtels particuliers des XVIIe et XVIIIe siècles, reconvertis en musées de renommée internationale (musée Picasso Paris, maison de Victor Hugo, musée Carnavalet, etc). La visite de la place des Vosges constitue le temps fort d’une balade dans le Marais, c’est un chef d’œuvre d’équilibre et d’élégance. La rue des Rosiers, épicentre de la communauté juive parisienne, est également à découvrir pour son atmosphère, ses boutiques et ses restaurants.

Le Marais regorge de boutiques de mode, d’adresses gourmandes, et plus particulièrement des bars, commerces et clubs gays, ce qui en fait le plus grand quartier gay de France.  

LE CENTRE BEAUBOURG ou le Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou (CNAC)  communément appelé «Centre Georges-Pompidou », « Centre Pompidou » ou « Centre Beaubourg » – 4e arrdst

Le  « Centre Beaubourg »  situé dans le quartier Saint Merri,  est un établissement polyculturel né de la volonté du président Georges Pompidou, grand amateur d’art moderne, de créer au cœur de Paris une institution culturelle originale entièrement vouée à la création moderne et contemporaine où les arts plastiques voisineraient avec les livres, le design, la musique et le cinéma. 

PLACE DU CHÂTELET – 1er & 4e arrdsts

La Place du Châtelet est fondée entre 1855 et 1858 à l’emplacement du Grand Châtelet. À cet endroit se trouvait la forteresse du même nom, construite sous Louis VI, qui servait de morgue, de prison et de siège de la Police. Considérée comme le lieu le plus insalubre de la ville, elle est démolie sous Napoléon Bonaparte.

Au centre de la place se tient la Fontaine du Palmier, avec une colonne en bronze ornée au sommet de feuilles de palmiers créée en commémoration aux victoires de Napoléon Bonaparte et inscrite au classement des monuments historiques.

En 1860, à la demande du Baron Haussmann, est construit sur la place, le Théâtre Impérial du Châtelet. Le Théâtre du Chatelet fut un lieu de divertissement, de représentations théâtrales, de danse, de chant, d’opéra, de ballet, d’opérettes dont beaucoup furent celles de Francis Lopez avec Luis Mariano.

Aujourd’hui, il accueille de nombreux artistes d’univers différents. On peut y voir des humoristes, des ballets, des concerts, des comédies musicales, assister à des conférences ou même y voir des films.

Le Théâtre de la Ville et la Tour Saint Jacques

Le Théâtre de la ville se trouve également sur la Place du Châtelet. Construit lui aussi par Gabriel Davioud à la demande du Baron Haussmann, le Théâtre de la Ville est inauguré en 1862 en même temps que celui du Châtelet et propose plutôt des spectacles de danse contemporaine et de musique du monde depuis les années 1980.

La Tour Saint-Jacques, située dans le square de la Tour Saint Jacques, est le seul élément restant de l’église du même nom et classée monument historique et au patrimoine mondial de l’UNESCO. À moins de 200 mètres de là, vous trouverez l’Église Saint-Merri, qui fut édifiée entre 1515 et 1612 et est classée monument historique depuis 1862.

LE JARDIN DES TUILERIES – 1er arrdst

Le Jardin des Tuileries tient son nom des fabriques de tuiles qui se tenaient à l’endroit où la reine Catherine de Médicis a fait édifier le palais des Tuileries en 1564, aujourd’hui disparu. Le jardin, aménagé par André le Notre, jardiner du Roi, sépare le Musée du Louvre de la place de la Concorde, et où les statues de Maillol côtoient celles de Rodin ou de Giacometti.

On peut y visiter le musée de l’Orangerie dans lequel sont exposées des œuvres de Monet .

LE MUSÉE DU LOUVRE

Le Louvre est l’un des musées les plus grands et les plus prolifiques au monde, qui a été marqué, en plusieurs siècles d’existence, par de nombreux courants architecturaux, de la forteresse médiévale du XIIe siècle à la pyramide de verre de Pei (1989).

Il rassemble des œuvres de l’art occidental du Moyen Âge à 1848, des civilisations antiques orientales, égyptiennes, grecques, étrusques, romaines, des arts graphiques et des arts de l’Islam.

L’ancien palais royal dévoile des chefs-d’œuvre : la Joconde, Le Radeau de la Méduse, la Vénus de Milo, La Victoire de Samothrace…

Dernier ajout : une verrière ondulante recouvrant la cour Visconti et inondant de lumière les 2 800 m² du  nouvel écrin accueillant les Arts de l’Islam.

LE PALAIS ROYAL

Le Palais Royal et ses jardins furent créés par le Cardinal de Richelieu en 1633,  à deux pas du Musée du Louvre, pour accueillir les familles royales jusqu’à la construction de Versailles.

Dans les jardins on peut admirer les 260  sculptures contemporaines de Buren et de Bury, de formes octogonales rayées de noir et de blanc.

LA PLACE de la CONCORDE – 8e arrdst

La place de la Concorde, créée en 1772, fut d’abord des lieux d’exécution pendant la Révolution française, et en particulier y furent guillotinés Louis XVI et Marie-Antoinette.

Aujourd’hui on peut y admirer :

– l’Obélisque de Louxor, datant du 13e siècle av. J.-C., mesurant 23 mètres de hauteur avec un poids de 222 tonnes, auxquelles il faut ajouter les 240 tonnes du piédestal, fut érigée place de la Concorde en 1836.

– Deux fontaines monumentales (Fontaine des Mers et Fontaine des Fleuves).

– De prestigieux hôtels qui la bordent

L’OPÉRA GARNIER – 9e arrdst

La création du Palais Garnier, construit par Charles Garnier , fut décidée par Napoléon III et menée à bien sous la responsabilité du Baron Haussmann. Le plafond de la salle de l’Opéra est l’œuvre du peintre-sculpteur Marc Chagall. On y présente des spectacles lyriques et chorégraphiques.

LE PALAIS DE LA DÉCOUVERTE – 8e arrdst

Aux questions :

– Comment ça éclaire, une ampoule ?

– Est-ce que ça parle, les animaux ?

– Il y a quoi dans l’espace ?

Le Palais de la Découverte est doté d’outils vivants répondant en temps réel,  ce sont des scientifiques ! Ils réalisent des expériences spectaculaires autour des quatre thèmes :

– terre et univers,

– matière et énergie,

– mathématiques

– et le vivant.

On y voit “la science en train de se faire” et au planétarium « on voyage à travers les astres ».

LE GRAND PALAIS

Le Grand Palais fut construit pour l’exposition universelle de 1900. Chef-d’œuvre architectural alliant pierre, acier et verre, il est classé aux monuments historiques depuis novembre 2000. Il se compose de 3 grands sites : la Nef, les Galeries nationales et le palais de la Découverte.

La Nef accueille de grandes manifestations nationales et internationales dans des domaines très divers (équitation, art contemporain, fête foraine, etc.

Les Galeries nationales organisent des expositions sur des artistes ayant marqué l’histoire de l’art :Picasso, Hopper, Renoir, etc.

Le palais de la Découverte est un musée et centre culturel dédié aux sciences, où les enfants apprennent en s’amusant à travers les collections permanentes et les expositions temporaires.

LE PETIT PALAIS

La grille d’entrée est un chef-d’œuvre de ferronnerie. À l’intérieur on trouve un jardin dans le goût oriental du XIXe siècle. Le bâtiment alterne blancheur et marbre de couleur, moulures et guirlandes, plafonds peints, pavement de mosaïque et vitraux opales. Musée des Beaux Arts de la Ville depuis 1902, y sont exposées des amphores grecques, des icônes orthodoxes, des ivoires gothiques, des madones italiennes, des toiles de Rubens, des porcelaines de Saxe et des vases en cristal soufflé

 AVENUE MONTAIGNE

L’avenue Montaigne existe depuis 1850 et doit son nom à l’écrivain français Michel Eyquem de Montaigne. Réputée pour être l’avenue de la mode et du luxe de la capitale, elle abrite toutes les grandes enseignes de la Haute Couture de Chanel à Christian Dior en passant par Louis Vuitton, Chloé, Céline, Thierry Mugler, Saint Laurent Paris, Prada, etc.

CHAMPS ÉLYSÉES –

Cette avenue de près de 2 kilomètres, connue pour être « la plus belle avenue du monde » est située à deux pas de la majestueuse tour de Gustave Eiffel et s’étend de la place de la Concorde jusqu’à l’Arc de Triomphe.

Son essor commence en 1900, quand le luxe s’empare de l’ouest de la capitale. L’avenue se pare alors de palaces prestigieux, de palais de l’auto, de terrasses et de cinémas, aujourd’hui rejoints par des enseignes de prêt-à-porter et des showrooms high-tech

LE FOUQUET’S

(Incendié lors des manifestations des Gilets Jaunes, ce mois de Mars 2019).

Depuis 1899, la brasserie située à l’angle des Champs-Élysées et de l’avenue George V est un lieu incontournable pour prendre un café sur les Champs Élysées.

Dans un cadre incomparable, au cœur d’un décor historique sublimé ou confortablement installé à l’une de ses terrasses, on y apprécie tout l’esprit de la grande brasserie parisienne.

LE CABARET DU LIDO

Le célèbre cabaret des Champs-Élysées, le Lido est un cabaret unique qui attire des milliers de personnes venues des quatre coins du monde.

À la fin de la 2de Guerre Mondiale, en 1946, Joseph et Louis Clerico, entrepreneurs en bâtiment, rachètent le Lido et, réaménageant totalement les lieux, ils proposent un spectacle « Sans rimes ni raison ». Dotés d’un sens aigu des affaires, ils mettent aussi au point la formule dîner-spectacle qui fera leur succès et sera rapidement copiée dans les cabarets du monde entier.

Le cabaret incarne avec son homologue Le Moulin Rouge l’esprit des folles nuits parisiennes, avec  ses célèbres danseuses les Bluebell Girls.

L’ARC DE TRIOMPHE

Dominant les Champs-Élysées, dans l’axe de la grande perspective allant du Carrousel du Louvre à la Défense, trône l’Arc de Triomphe. il fut construit entre 1806 et 1836, à l’initiative de Napoléon pour célébrer les victoires de sa Grande Armée. Ses mensurations colossales – 50 mètres de haut, 45 de large – se prêtent aux grands de la sculpture : Cortot, Étex et surtout Rude et sa célèbre Marseillaise. Une flamme ravivée chaque soir à 18h30 et l’inscription “Ici repose un soldat français mort pour la patrie” signalent depuis 1921 la tombe du Soldat inconnu.

C’est à l’Arc de Triomphe que se terminera votre traversée de Paris.

Bien entendu, même après avoir découvert tous ces quartiers et tous ces lieux, il ne sera pas possible de dire « je connais Paris », mais vous aurez au moins la possibilité de dire  » je connais assez bien Paris ».

Bien des découvertes dans les rues de Paris seraient encore à faire, tant l’Histoire y est immense, mais je laisse aux spécialistes du voyage de vous y inviter et de vous y promener encore et encore…

Quelques idées supplémentaires si vous avez encore du temps….

Les GALERIES & PASSAGES COUVERTS

Édifiées pour la majorité au 19e siècle, ces galeries percées au milieu des immeubles et surmontées de verrières constituent une curiosité architecturale typique de Paris. La  majorité abrite des boutiques, des salons de thé ou des restaurants. Paris en compte une vingtaine, situées aux abords des  GrandsBoulevards.

Le MARCHÉ AUX PUCES DE CLIGNANCOURT

Le Marché aux Puces de Saint-Ouen sur une superficie de 7 hectares est le plus grand marché d’antiquités du monde, et considéré 4à site touristique de France.. Il est classé depuis 2001, « Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysager » grâce à son ambiance et son atmosphère atypique, le Marché aux Puces est une véritable institution. Il est reconnu comme l’un des plus grands marchés d’antiquités et de brocante du monde.

LE JARDIN D’ACCLIMATATION  aux abords du Bois de Boulogne
Situé à Paris entre la porte de Neuilly et la porte des Sablons, à la lisière du bois de Boulogne, les 18 hectares du Jardin d’Acclimatation vous accueillent, quelle que soit la saison.
Découvrez ce parc napoléonien de 18 hectares, dont les attractions ont été entièrement modernisées, le patrimoine historique restauré et le paysage embelli en 2018.

LE BOULEVARD HAUSSMANN AVEC SES GRANDS MAGASINS :

Le boulevard Haussmann est l’un des plus élégants de Paris. Il s’étend, sur plus de 2 kilomètres, de l’avenue de Friedland au boulevard Montmartre. Il traverse plusieurs quartiers des 8e et 9e arrondissements.

Considéré comme le premier centre commercial d’Europe avec ses 120 millions de visiteurs annuels,le boulevard Haussmann est à lui seul une véritable ville dans la ville.

On y trouve deux grands magasins, situés en face de l’Opéra Garnier :

Le Printemps Haussmann & les Galeries Lafayette

Dans le même quartier vous pourrez visiter

L’église de la Madeleine située entre la place de la Concorde et l’Opéra Garnier, dans le Paris haussmannien.

Sur la Place de la Madeleine vous trouverez également l’épicerie fine aux produits de luxe : Fauchon, et  voisine la mythique salle de spectacle : L’Olympia 

 LES ÉGOUTS DE PARIS & LES CATACOMBES

Pour les plus téméraires une autre traversée de Paris, via :

Les Égouts de Paris que l’on peut visiter sur une longueur impressionnante de 2 400 kilomètres.

Les Catacombes  qui se trouvent dans le 14e arrdst, s’étendent sur 1,7 kilomètre de long, sont creusées à vingt mètres sous terre, et accueillent chaque année plus de 240 000 visiteurs.

Sans oublier à l’extérieur de Paris le Château de Versailles.

Etc, Etc…. 

Je vous remercie de m’avoir suivi dans ce petit voyage parisien, et espérant vous avoir intéressé et donné l’envie d’y aller.

Pour continuer ce voyage de l’autre côté de l’Atlantique, je prépare un plus grand voyage, celui de découvrir la France par ses régions.

Alors je vous dis merci et à bientôt avec un immense plaisir.